Pièce commandée par l’ADDA du Tarn et le collège de St-Sulpice.

Suite à un collectage de confidences d’un groupe d’élèves du collège de St-Sulpice sur le thème générique de l’amour, Cyrille a écrit ce texte pour que ce même groupe puisse le jouer.

« C’est étonnant comme notre connaissance du sentiment amoureux et de l’amour est développée très tôt. Mais le plus étonnant est notre capacité à oublier ce que nous savons. »

 

Des jeunes en colonie de vacances sont installés dans une salle dans les sous-sols parce qu’une tempête très destructrice va s’abattre sur la ville. Dans ce huis-clos, ils se débattent comme ils peuvent face à leurs peurs.

EXTRAITS

(…)

CASSANDRE.- Tu manges rien ?

EMMA.- Pas faim.

CASSANDRE.- Tu ne vas pas tenir ! Mange des sardines au moins !

EMMA.-J’aime pas le poisson. L’odeur me dégoûte.

CASSANDRE.- Tu me donnes ta part ?

EMMA.- T’en a déjà assez non ?

CASSANDRE.- Pas vraiment.

EMMA.- Tu me dégoutes.

CASSANDRE.- Au vu de la situation, je trouve que finalement ces tempêtes sont plutôt une sacrée chance. Je peux manger ce que je veux sans me préoccuper de l’heure ni du regard  de ma mère qui pense toujours à ma ligne au lieu de penser à la sienne et qui m’oblige à avaler sa soupe aux légumes tous les soirs. Je suis libre ! Quoique t’en pense ma chère!

CHRIS.- Du calme Cassandre. Dans le Hueco Mundo,  il faut garder de quoi manger !

CASSANDRE.- A quoi bon ?

CHRIS.- Donne-moi ça !

CASSANDRE.- Non. Mais rends-les-moi.

 Elles se coursent et se battent pendant le dialogue suivant. Les autres s’en mêlent. Sauf Emma et Tom qui sont à l‘extérieur du conflit.

CHRIS.- Il faut en garder.

CHARLIE.- Elle va exploser.

CASSANDRE.- Garder, garder, garder quoi ? C’est la fin !

EMMA.- Elle me dégoûte.

CHARLIE.- Arrêtez là.

TOM.- C’est là la question qu’il faudrait penser.

KEVIN.- Laissez-là tranquille.

CHRIS.- Tu la défends toi ?

KEVIN.- On t’a rien demandé Totoro !

CHRIS.- M’appelles pas comme ça !

TOM.- Si on réfléchit bien. Ils se battent. Les uns contre les autres. Ils se battent.

CHARLIE.- Donne moi ça !

EMMA.- Ils me dégoutent !

 Ils se battent.

TOM.- Si on réfléchit bien. Les uns contre les autres. Ils se battent. Et ça leur suffit. Ils sont forts comme ça. Comme le monde chute, eux, ils se battent. Et dans leurs combats, ils s’éprouvent. Ou quelque chose comme ça. Ils se mettent à l’épreuve. Dans la rage. Et quand on y pense tout finira. Les guerriers s’enlacent. Un corps à corps perdu d’avance et pourtant. Pourtant. Ils se battent.  Si on réfléchit bien. Ils sont vivants et leurs cœurs, leurs cœurs palpitent. Comme nous.

EMMA.- Tu devrais faire pareil. Au lieu de penser. Je ne comprends rien de ce que tu dis.

 Tom va se battre avec les autres. Emma s’ouvre une boite de sardines et mange sans grand appétit.

(…)

PASSAGE

UNE VOIX RADIOPHONIQUE.- La tempête est liée  à un centre dépressionnaire profond et étendu (…) La force s’explique d’une part par le très fort gradient de pression entre le centre dépressionnaire et un puissant anticyclone, d’autre part par la puissance exceptionnelle en altitude, faisant par moment des incursions jusque dans les basses couches des atmosphères.

TOM.- Si on réfléchit bien. Nous sommes la tempête. C’est un tout. Nous passons de pressions en dépressions. Si on réfléchit bien. La tempête, c’est nous. Et pour que la partie continue, je dois aller dans les vents. Si on y pense, il est temps d’aller jouer avec les vagues. Et je serais un géant !

Tom regarde Charlie et sort dehors dans la tempête. Tous le regardent partir.

__________

 EMMA.- Il fait quoi là ?

KEVIN.- Dis Charlie, on aurait dit qu’il voulait que tu le suives.

CHRIS.- Ce gars réfléchit trop.

EMMA.- Il fait quoi là ?

CHARLIE.- Il se met à l’épreuve.

KEVIN.- Il est trop bizarre ce type.

CASSANDRE.- C’est un vrai Roméo.

EMMA.- Il est vraiment parti !

CHRIS.- Il va se transformer en cerf-volant.

KEVIN.- Mais c’est du délire là !

CHARLIE.- Non. En géant.

EMMA.- Il ne revient pas là !

CHRIS.- En Shina-Tsu-Hiko.

KEVIN.- C’est comme un dieu.

CASSANDRE.- Son amour est infini.

CHARLIE.- En arbre.

EMMA.- IL NE REVIENT PAS !

 Long silence.

CASSANDRE.- Je dirais que je commence vraiment à me tétaniser.

KEVIN.- Il sait ce qu’il fait ce gars.

CHRIS.- Le vent est plus fort que tout.

CASSANDRE.- C’est pour toi qu’il a fait ça !

CHARLIE.- Je ne  lui ai rien demandé.

CASSANDRE.- Mais t’as pas vu, non ? Il est prêt à donner sa vie pour toi. Et toi, tu ne lui parles même pas. Au vue de ses regards, t’aurais pu au moins lui montrer une petite … je ne sais pas moi… un petit quelque chose pour lui dire qu’il existait pour toi. Comment tu veux qu’il se sente vivant sans toi ?

CHARLIE.- Je ne sais pas, moi ! Il est toujours dans un coin à dire des trucs qu’on ne peut pas comprendre. Comment je peux savoir qu’il a besoin de moi.

KEVIN.- T’en fais un peu trop Cassandre !

CASSANDRE.- C’est évident ! Evident ! Enfin ! Evident !

CHRIS.- Le vent est plus fort que tout !

CASSANDRE.- Bouge-toi au moins ! Va le chercher avant la bourrasque !

CHARLIE.- Mais lâche-moi !

On entend quelques légères bourrasques de vent. Ils regardent tous vers la sortie et attendent. Chris reprend des exercices de karaté. Cassandre s’accroche à son ange tandis que Kevin lui prend la main. Emma prend le crayon des mains de Charlie et écrit sur le mur.

CHARLIE.- ça n’est pas vraiment le moment de dessiner.

EMMA.- Je laisse la trace de notre passage.

CHARLIE.- On n’est pas parti !

EMMA.- Si. Je ne laisse pas Tom seul là-haut dans la tempête.

CHARLIE.- Tu vas y aller !

EMMA.- Oui. D’abord j’inscris nos noms dans la pierre.

CHARLIE.- Mais tu ne vas pas me laisser là.

EMMA.- Non. Tu viens !

CHARLIE.- Je ne peux pas.

EMMA.- Et pourtant on doit le faire.

KEVIN.- Personne ne sort ! Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous allez trouver dehors !

EMMA.- Non. Justement ! Allons voir !

 

Charlie et Chris regardent Emma écrire des lettres sur le mur.

_______

KEVIN.- Il est temps que ton ange se mette à voler.

CASSANDRE.- Au vue de la situation… il reste des barres de céréales ?

KEVIN.- J’en ai vu derrière.

Cassandre passe son ange à Kevin.

CASSANDRE.-  Tiens-le !

Kevin s’amuse à essayer de le faire voler.

KEVIN.- « Viens, amer conducteur, viens, âcre guide. Pilote désespéré, vite ! Lance sur les brisants ma barque épuisée par la tourmente ! »  (2)

Cassandre revient la bouche pleine.

EMMA.- Tu me dégoûtes !

CASSANDRE.- Je t’ai rien demandé.

EMMA.- Tom est peut-être mort et toi tu ne penses qu’à te bâfrer !

CASSANDRE.-  Je n’y peux rien moi ! Demande à l’autre.

Elle montre Charlie.

EMMA.- Si on le sauve, on y pourra quelque chose.

__________

 Emma dessine sur le bras de Chris un triton schématique.

CHRIS.- C’est quoi ce truc ?

EMMA.- Un triton.

KEVIN.- Hé, on n’est pas chez les indiens, non plus !

EMMA.- Et pourquoi pas ?

CHARLIE.- On part pour une grande bataille, c’est ça ?

EMMA.- Peut-être.

KEVIN.- Moi, je reste avec  Cassandre.

CHRIS.- Ah ! L’amour, l’amour, l’amour ! Le grand mot qui empêche les grandes actions ! De quoi vous avez l’air avec vos regards dans le vague. Levez-vous ! On va affronter le Kamikaze ! Ça n’est pas tous les jours que l’on peut se mettre face à son courage.

KEVIN.- Et bien vas-y la Totoro du vent !

CHRIS.- Ne m’appelle pas comme ça !

Chris va pour frapper Kevin.

CASSANDRE.- Laisse-le ! Ta bataille  est dehors ! Nous, elle est dedans.

 Le vent souffle très fort. Ils regardent tous en l’air.